Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Juninho
Articles récents

Vice-world champion ?! Really ?!

16 Juin 2019 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon, #FeelGood

Vice-world champion ?! Really ?!

Quite a few of you were there in Belgium to see / play the Doubles World Championships, others watched the games online or saw the pics, but yes, we ended up with Silver in the Elite category. This definitely deserved an article to explain how this could happen, and I thought this might be a good opportunity to also describe how Doubles work in Racketlon and its particularities.

First of all, good pairs are always about friendship. And this story starts with some great proof of friendship : my friend Arnaud Génin had now become one of the World Tour superstars (winning 3 tournaments & making his way to #8 in the Singles rankings), I had retired at the Single World Champs 8 months ago, wasn’t training anymore, but still he asked me to team up with him for the biggest competition there is. It’s true we had always been very good together (just one defeat in the 3 events we had played together), but for sure, he could get a better partner than an out of shape old-timer who had no time to train. But 3 months before the tournament, he told me : „Either you play with me, or I don’t play it at all“. When you hear this, you get two mixed signals :

  • Heart : Big surge of love and pride and selfconfidence at being „the chosen one“
  • Brain : ALERT : you’re overweight and out of practice, try not to make a fool of yourself !

But of course, that’s an offer you cannot turn down, especially as the physical aspect is very secondary in a Doubles competition so there I was registered for the Elite Double World Champs.
As I was registered, I recieved a couple of propositions from good female players to play the Mixed Doubles at the same time, but as flattering as that was, I had to turn them down as I would need to use wisely every piece of energy not to be a burden for my own partner.

Two main differences between doubles as played in Racketlon or as in each of « the individual sports » :

- in Racketlon, the singles players also play the doubles at every tournament, there is no « single / double » specialization and so the best are always there

- whereas in the individual sports, both players have approximately the same level, in Racketlon, you have to be as complementary to each other as possible, and not all sports are equal in the possibility to compensate for your partner.
Let’s see that into more detail :

Table tennis : I’m a very good TT player but it’s definitely Arnaud’s worst. And as in this sport, both players have to hit the ball in turn, my ability to compensate for him is very limited. As we are also both right-handed, we have to turn around each other if we want to hit more forehands which is not optimal. As a result, I cannot bring as much to him as I would like to on my strong sport. The part where you can bring a lot is by giving advice between the points on what the less experienced player could/should do as it’s probably the most technical-tactical of all sports.
Very good (Cédric) + Average (Arnaud) = Just above average (Team)

 


 

Badminton : my worst sport and Arnaud’s best, he who won pro international tournaments. In this sport, there are tactical options so as to use efficiently the weaker half. Basically, I was sticking to the net, and taking only the rare short shuttles coming to me while my world-class partner was hammering everything from behind, playing all the hardest shuttles. It’s a sort of Mixed doubles configuration (with me in the woman’s role) except that I deliberately play fewer shuttles because my partner is so much better than any other player on the field. Even playing no more than 30% of shuttles, it’s extremely stressful and I was often shaking before serving, because whether on serves, returns or the shots at the net, you have to be perfect : your partner does all the job, you can’t give away easy points. I must admit that, prior to the competition, I had taken 2 private lessons on „How to be a good girl in Mixed Doubles“ with my previous badminton coach as it’s not really intuitive. Actually, my relative weakness in this sport was an asset as I concentrated on doing little but doing it well. Had Arnaud teamed up with a better player, the team probably would have been weaker because he would have taken more space, more shuttles and hindered him.
Average (Cédric) + Sensational (Arnaud) = Sensational (Team)

 

 

Squash : in Racketlon squash, the doubles is a relay ; when a team reaches 11 points, the second players come on to finish the set until 21. This means that you normally put your best player in second position so he has a chance to overcome an initial deficit, in a second half that should last longer. Therefore it is essential in a good team to have at least a very good squash specialist to possibly turn things around, and totally make up for his partner’s weakness. There was of course no discussing that I was going to start, and in that position, I just had to battle for the duration of a regular squash set to 11, my body could handle that. This also means that I play the weaker of the two opponents, and against a non-specialist, I would always give a few points of head start to Arnaud, who then had to fight on every ball against the other team’s specialist to keep the lead.
Quite good (Cédric) + Good (Arnaud) = Good (Team)

Tennis : a performing tennis pair is usually about players’ abilities with serves & volleys. That’s exactly Arnaud’s profile, and though more of a singles player, I can also be a pain in doubles due to good returns and touch. If you add the fact that it's fine for me to take the backhand side, letting Arnaud have his favorite one, it's safe to say that once again, we make a rather good match. In case there is a huge difference between the 2 players, one can try to cover a lot of ground, move a lot at the net, but still tennis is a sport where you cannot compensate as much as the middle two. And as in single’s Racketlon tennis, the most important skill is the mental one, as this is the deciding sport where one can totally crack under pressure.
Good (Cédric) + Good (Arnaud) = Good (Team)


Though we hadn’t played together since the last Team World Championships in 2018, everything felt innate as soon as we started our first games. The Elite Doubles draw starts in the Round of Last 16 where we had a lucky draw for our first match to get our acts together, and we charged through victoriously without even having to use our tennis racket. In the Quarters awaited a british pair of TT (Jordan) and Squash (Stahl) specialists, which could have proven a tough match. However, after managing to lose only 19-21 in the table tennis, we knew that the biggest part of the job was done, and indeed, we were so much in front after squash that our opponents conceded before tennis where we just needed 4 points. That first day had been like a dream, and we were now in the semis, but the 3 teams still in competition were tough ones, and no one wants to come home with the Chocolate medal (as we say in France) !

The night was full of tossing & turning for both of us, as we knew our opponents in the semi-final were „the real deal“. A newly formed duo composed of a former Singles World Champion (Reid) and of one of the upcoming best players (Radermacher), they were the clear favorites, and half the pre-tournament bets had designated them to become the new world champions. It’s an understatement to say we were tight and even slightly grim when warming up, and we actually started 5mns late because Arnaud was nowhere to be found… except if you looked for him evacuating tension in the bathroom.

Once the game started however, all fear and negativity went away as we managed to pull out „the perfect game“. It almost never happens that you end a Racketlon game feeling that you did the best score possible in all 4 sports, but what better moment for this to happen that here and now ?! Winning the Table tennis 21-15 and the badminton 21-10, we were now up +17, and things started to look possible ! Playing a good first half of squash, I came up with an 11-7 lead for Arnaud to try and scrape a few points against Calum Reid, arguably the best squash player of the field. Fighting magnificently and managing to grasp 7 points, he just surrendered at 18-21, thus putting us +14 before tennis. We were still pumped and concentrated but we quickly saw on the tennis court that our opponents were not in the same mood, probably wondering what had possibly gone so wrong. So 8-3 for us in tennis, not much of a fight, but just a huge relief, we made it to the final !!

Now there was no fearing the chasm, we had silver at worst, but there was a World Title just one game away, and we felt we really had nothing to lose against the TopSeeded pair Jaksland (#1) and Hougaard (#2), who the other half of pre-tournament betters had favored !
We knew they were not a good profile for us as their weakness was badminton which was where we (Arnaud mainly…) were unplayable, and as Squash & Tennis were their best, we would need to come out of the first 2 sports with a big lead to have any chance. However, the TT didn’t go as hoped for us, after an interesting start until 7-7, they completely overwhelmed us to win 21-9. I feel I should have done better as a TT specialist, trying to be more active, but truth be said, they played unbelievably well, being agressive on every ball and missing nothing… Going -12 into the badminton felt like it was already over, even if of course we were not going to admit it and tried to pump ourselves back up from the big blow suffered. Clawing back to +1 after badminton, but back to -7 after squash, our opponents just needed 15 in tennis, and they deservedly got there at 15-12 without us being able to push them to the last points where they might have felt the tension of winning.

Though not playing as well as in our morning’s major upset, we hadn’t missed our match, you have to admit when your opponents are simply better.


But the disappointment didn’t last for long, especially by seeing who was accompanying us on steps #1 and #3 of the podium, and on a personal note for giving something back to Arnaud for coming back to get me. Had he told me in March that 3 months later, we’d be vice-world champions, I’d have told him he was nuts… the beauty of sport J

Achievements in single are the strongest it can get because it’s harder : it only depends on your mental skills, your talent and the work you’ve put in. It quiets your personal doubts, raises your self-confidence and rewards all those efforts you’ve made.
But achievements in doubles bring something totally different : it’s about technical, tactical and personal chemistry on court, but it’s also about planning food, rest, warm-up, all together.
And when it works well, sharing these unbelievable moments with someone else makes for a real human adventure, and creates bonds that will never fade.

As a small thank you to those who supported us, and those who read this until the end, here are some unreleased pics of my partner concentrating intensely during the competition...

"Being able to sleep anytime anywhere was my best asset throughout my career" (F. Santoro)
“Never use the word “cheap”. Today everybody can look chic in inexpensive clothes" (K. Lagerfeld)


 

Lire la suite

Vice-champion du monde ? Sérieusement ?!

13 Juin 2019 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon

Vice-champion du monde ? Sérieusement ?!

Beaucoup d'entre vous étaient en Belgique pour voir / jouer les Championnats du Monde de Double, d'autres ont suivi le match en ligne ou vu les photos publiées, mais oui, c'est vrai, on a fini vice-champions du monde. L'histoire est si dingue que cela méritait forcément un article de mon blog, et j'ai pensé que cela pourrait être une bonne occasion de décrire également le fonctionnement du Racketlon en Double et ses particularités par rapport aux doubles des sports séparés.

Une bonne équipe, c’est avant tout 2 personnes qui s’aiment bien. Et cette histoire commence par une grande preuve d'amitié: mon ami Arnaud Génin est devenu l'une des superstars du World Tour (gagnant 3 tournois et montant à la 8ème place du classement en simple) depuis que j'avais pris ma retraite aux Mondiaux de simple l’été passé à Zürich. Je ne m'entraînais plus, mais il m'a quand même demandé de faire équipe avec lui pour la plus grande compétition du monde. C’est vrai qu’on avait toujours été très bons ensemble (une seule défaite dans les 3 épreuves disputées par le passé), mais il est certain qu’il pouvait trouver un meilleur partenaire qu’un vieux qui n’avait plus le temps de s’entraîner. Mais 3 mois avant le tournoi, il m’a dit: "Soit tu joues avec moi, soit je ne les joue pas". Lorsque vous entendez cela, vous recevez deux signaux contradictoires:

- Dans le cœur: une grande bouffée d'amour pour votre poto, et une dose de fierté d'être «l'élu»

- Dans la tête: ALERTE: t’es en surpoids et pas du tout entraîné, faudra tâcher de pas être ridicule !

Mais bien sûr, c’est une offre qui ne se refuse pas, d’autant plus que l’aspect physique est secondaire dans une compétition de double, et me voici inscrit aux Championnats du monde Élite à nouveau !

Après m’être inscrit, j'ai reçu quelques propositions de bonnes joueuses pour jouer les doubles mixtes en même temps, mais aussi flatteur que ce soit, je devais les refuser car il me faudrait utiliser judicieusement chaque once d’énergie physique et mentale pour être au niveau de mon partenaire.

Il y a deux différences majeures entre les doubles au Racketlon ou les doubles de chacun des « sports individuels »:

- au Racketlon, les joueurs de simples jouent également les doubles à chaque tournoi, il n'y a pas de spécialisation « simple ou double », et donc tous les meilleurs sont là

- alors que dans les sports individuels, les deux joueurs de l’équipe ont à peu près le même niveau, au Racketlon, il s’agit d’être aussi complémentaire que possible au niveau des profils de forces/faiblesses en sachant que tous les sports ne sont pas égaux en ce qui concerne la possibilité de compenser pour votre partenaire.


Voyons cela plus en détail :

Tennis de table: je suis un très bon joueur de TT mais c’est le point faible d’Arnaud. Et comme dans ce sport, les deux joueurs doivent frapper la balle à tour de rôle, ma capacité à le tirer vers le haut est très limitée. Comme nous sommes aussi droitiers, nous devons nous tourner autour si nous voulons frapper plus de coups droits, ce qui n’est pas optimal. En conséquence, je ne peux pas lui apporter autant que je le souhaiterais sur son sport faible. La partie où vous pouvez apporter beaucoup en revanche est en donnant des conseils entre les points sur ce que le joueur le moins inexpérimenté pourrait / devrait faire car c’est probablement le sport le plus technique et tactique de tous.
Très bon (Cédric) + Moyen (Arnaud) = Pas trop mal (Équipe)
 


Badminton: mon pire sport et le meilleur d’Arnaud, lui qui a remporté des tournois professionnels internationaux. Dans ce sport, il existe des options tactiques pour utiliser efficacement l’élément le plus faible. En gros, je collais au filet et ne prenais que les rares volants courts qui venaient à moi tandis que mon partenaire de classe mondiale martelait tout depuis derrière, jouant tous les coups les plus difficiles. C’est une sorte de configuration de double mixte (avec moi dans le rôle de la fille) sauf que je joue délibérément moins de volants car mon partenaire est très au-dessus de tout autre joueur sur le terrain. Même si vous ne jouez pas plus de 30% des volants, c'est extrêmement stressant et je tremblais souvent avant de servir car, que ce soit au service, au retour ou au filet, vous devez être parfait: votre partenaire fait tout le travail, vous ne pouvez pas donner un point gratuit qui peut coûter cher en fin de match. Je dois avouer qu’avant la compétition, j’avais suivi deux cours particuliers sur «Comment être une bonne fille en double mixte» avec mon ancien entraîneur de badminton ! En fait, ma faiblesse relative dans ce sport était un atout dans notre association car je me concentrais pour faire très peu mais correctement. Si Arnaud s’était associé à un meilleur joueur que moi, l’équipe aurait paradoxalement sûrement été plus faible, car il aurait pris plus de place et de volants que moi et aurait gêné Arnaud.
Moyen (Cédric) + Sensationnel (Arnaud) = Sensationnelle (Équipe)

Squash: au Racketlon, le double de squash est un relais; quand un des deux premiers joueurs atteint 11 points, les deuxièmes joueurs viennent terminer le set jusqu'à 21. Cela signifie que vous placez normalement votre meilleur joueur en deuxième position pour lui permettre de compenser un déficit initial, dans une seconde moitié qui devrait durer plus longtemps. Par conséquent, il est essentiel d’avoir dans une bonne équipe au moins un très bon spécialiste du squash pour éventuellement renverser la situation et rattraper totalement la faiblesse de son partenaire. Bien sûr, il n’y avait aucune discussion sur le fait que j’allais commencer, et dans cette position, je devais tout donner sur un simple jeu normal jusqu’à 11pts, mon corps pouvait supporter cela. Cela signifie également que je joue le plus faible des deux adversaires, et contre un non-spécialiste, je donnerais toujours quelques points d'avance à Arnaud, qui devait ensuite se battre à chaque balle contre le spécialiste de l’autre équipe pour garder la tête.
Assez bon (Cédric) + Bon (Arnaud) = Bon (équipe)

Tennis: une paire de tennis performante, c’est généralement 2 joueurs avec un bon service et une bonne volée. C’est exactement le profil d’Arnaud, et même si je suis plus un joueur en simple, je peux aussi être pénible en double grâce à des bons retours et un bon toucher. Ajoutez à ça le fait que ça ne me pose pas de problème de prendre le côté revers, ce qui laisse à Arnaud son côté favori, encore une fois, ça donne une équipe bien complémentaire.
Lorsqu'il y a une énorme différence entre les 2 joueurs, le meilleur peut essayer de couvrir beaucoup de terrain, de se déplacer beaucoup au filet, mais le tennis est quand même un sport où vous ne pouvez pas compenser autant que dans les 2 sports précédents. Et comme dans le tennis simple Racketlon, la compétence la plus importante est mentale, car c’est le sport décisif où l’on peut craquer totalement sous la pression.
Bon (Cédric) + Bon (Arnaud) = Bon (équipe)

 

Bien que nous n’ayons pas joué ensemble depuis longtemps, dès le début du premier match, tout paraissait aussi huilé qu’avant. Le tableau Elite en Double Messieurs commençait en 1/8èmes et grâce à un tirage au sort assez clément pour notre premier match face à une paire germano-hollandaise, on s’est retrouvés en quart sans avoir eu besoin de sortir nos raquettes de tennis. En quarts, nous attendaient deux anglais, têtes de séries, spécialistes du TT (Jordan) et du Squash (Stahl), ce qui aurait pu s'avérer un match difficile. Mais après avoir réussi à perdre seulement 19-21 au tennis de table, on savait que le plus dur était derrière nous et nous avions tellement d’avance après le squash que nos adversaires nous ont concédé la victoire sans avoir à jouer au tennis. Cette première journée avait été comme un rêve et nous étions maintenant en demi-finale, mais les 3 équipes qui allaient y être avec nous, c’était du lourd et personne ne comptait revenir avec la médaille en chocolat !

La nuit a été courte et agitée à tourner dans tous les sens en pensant à cette demie ou on serait opposés à un gros duo nouvellement formé, composé d'un ancien champion du monde en simple (Reid) et de l'un des meilleurs joueurs du moment (Radermacher). Ils étaient clairement favoris contre nous et la moitié des parieurs d'avant-tournoi les avaient désignés pour devenir les nouveaux champions du monde. C’est un euphémisme de dire que nous étions tendus comme Natacha lorsque nous nous sommes échauffés. On taira d’ailleurs le fait que le match commença avec 5 minutes de retard, car Arnaud était introuvable… sauf pour qui aurait fait un sit-in devant les toilettes.

Une fois que le match a démarré par contre, toute crainte et toute négativité ont disparu ce qui nous a permis de sortir «le match parfait». Ça n’arrive presque jamais de terminer une partie de Racketlon avec l’impression d’avoir fait le meilleur score possible dans les 4 sports, mais quel meilleur moment pour que cela se produise que là ?! Gagnant le tennis de table 21-15 et le badminton 21-10, on se retrouvait à +17 à mi-chemin, et l’exploit commençait à sembler possible ! Jouant une bonne première mi-temps de squash, j’ai passé le témoin à Arnaud avec une avance de 11-7, qui devait tenter de glaner quelques points contre l’écossais Calum Reid, sans doute le meilleur joueur de squash de ces mondiaux. Combattant magnifiquement et réussissant à empocher 7 points, ça se finit à 18-21, nous laissant à +14 avant le tennis. Ça sentait bon mais il fallait rester concentrés pour finir le travail. Mais une fois sur le terrain de tennis, nous avons rapidement constaté que nos adversaires étaient un peu groggys se demandant probablement comment ça avait pu si mal tourner. Donc 8-3 pour nous au tennis, pas vraiment un combat, mais juste un énorme soulagement, nous sommes en finale !!

 

Au pire maintenant, nous avions l'argent, mais il y avait un titre mondial à aller chercher sur un match face aux danois tête de série #1 Jaksland (n°1 en double) et Hougaard (n°2), que l'autre moitié des parieurs d'avant-tournoi avait pronostiqués !

Nous savions qu'ils n'étaient pas un bon profil pour nous car leur faiblesse était au badminton, là où nous étions injouables (enfin nous… on se comprend), et comme le squash et le tennis étaient leurs meilleurs, nous aurions besoin de sortir des 2 premiers sports avec une grosse avance pour avoir une chance. Cependant, le Ping ne s’est pas déroulé comme espéré. Après un départ intéressant jusqu’à 7-7, ils nous ont complètement bouffé et ont terminé à 21-9. Je pense que j'aurais dû faire mieux en tant que spécialiste, en essayant d'être plus actif, mais à vrai dire, ils ont incroyablement bien joué, étant agressifs à chaque balle et ne ratant rien… Même si on savait qu’être à -12 avant le badminton était quasi déjà irrattrapable, on a tenté de relever la tête. Comme prévu, on ramena le score à +1 après le badminton, mais de nouveau à -7 après le squash, et nos adversaires avaient donc juste besoin de 15 petits points au tennis. Ils sont arrivés à 15-12 sans qu’on arrive à les pousser dans un combat suffisamment proche où ils auraient pu sentir la tension de la victoire.

Bien que nous n’ayons pas joué aussi bien que lors de la demie, nous n’avions pas non plus raté notre match, il faut bien le reconnaître quand vos adversaires sont tout simplement meilleurs.

Mais la déception n’a pas duré longtemps, surtout en voyant qu’on était en belle compagnie sur le podium, et à titre personnel d’avoir pu faire honneur à la « proposition indécente » d’Arnaud d’être venu me chercher. S'il m'avait dit en mars que trois mois plus tard, nous serions vice-champions du monde, je lui aurais ri au nez.


Les succès en simple sont les plus forts parce que c'est plus difficile : cela ne dépend que de vos capacités mentales, de votre talent, du travail que vous avez fourni et, par définition, vous avez 2x plus d’adversaires au haut niveau qu’en double. Cela apaise vos doutes, vos angoisses, augmente votre confiance en vous et récompense tous ces efforts.

Mais les réalisations en double apportent quelque chose de totalement différent: il s’agit d’une alchimie de jeux, de tactique, de personnalités et d’émotions, non seulement sur le terrain mais aussi en termes de planification des moments d’alimentation, de repos et d’échauffement... Et quand cela fonctionne bien, partager ces moments incroyables avec quelqu'un d'autre crée une véritable aventure humaine et laisse des souvenirs qui ne s'effaceront jamais.

Pour remercier ceux qui nous ont soutenu, et encore plus courageux ceux qui ont lu ceci jusqu'au bout, voici 3 photos inédites de mon partenaire en phase intense de concentration...

"Mon meilleur 'coup', ce qui m'a permet de faire une belle carrière, c'est ma capacité à dormir partout et à n'importe quel moment" (F. Santoro)
"N'utilisez pas le mot 'cheap'. Aujourd'hui tout le monde peut avoir l'air classe même avec des vêtements bon marché" (K. Lagerfeld)

 

 

Lire la suite

Fin de carrière : bilans et états d'âme !

5 Janvier 2019 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon, #Retraite

Fin de carrière : bilans et états d'âme !

Bon, on vient de lancer 2019, avec le 1er tournoi de l'année en Thaïlande qui se joue bien évidemment sans moi, et je me disais qu’il était temps de mettre un terme à l'aspect « sportif » de ce blog avec un billet sur mes derniers Mondiaux fin août à domicile à Zürich, et ma retraite sportive dans la foulée.

Pour ce dernier défi après plusieurs pauses pour blessures, j’avais bien fait les choses en m’entraînant à fond pendant 8 mois : 4h de physique avec coach pour tenter de compenser le passage des années + 8h de jeu, soit 12h/semaine.
Ça n’a pas forcément l’air de grand-chose comme ça, 12h/semaine, et d'ailleurs beaucoup (surtout les plus jeunes) s'entraînent bien plus. Mais quand on a un travail prenant et qu’on rajoute le temps pour les trajets, la prise de RDV avec les entraîneurs/rares partenaires de qualité, le temps passé à faire son sac, ses douches, ses lessives (!), on arrive bien à 20h par semaine, et bien, il n’y a plus de temps pour grand-chose d’autre, autant dire qu’il faut sacrifier ses amis hors sport, les activités sociales, etc.

J’ai fait ça du mieux que je pouvais, et j’avais vraiment atteint un niveau dont je pouvais être fier, même si j’ai évidemment des regrets d’avoir craqué nerveusement lors du match qui m’aurait permis d’accéder en quarts, mon objectif de début de préparation qui était difficile mais jouable. C’était nouveau pour moi de jouer devant tant d’amis et même la famille, j’aurais dû prendre un coach mental en plus du coach physique pour gérer la pression que je me suis mise beaucoup tout seul !

Avec un très bon niveau de jeu, j’ai quand même eu la chance de finir sur une bonne note et de battre de quelques points un super adversaire (un jeune, depuis monté #7) pour mon dernier match et d’attraper la 9ème place, ce qui restera ma meilleure perf’ aux Mondiaux. Dans la foulée, ça m’a également fait monter à la 9ème place du classement mondial ce qui restera mon meilleur classement.

Au final, les lignes de mon palmarès international resteront :

#9 au classement FIR
#1 français 2010-2018
9ème aux mondiaux en simple 2018
7 podiums en catégorie Élite (3x 2ème, 4x 3ème)
2 titres en double Élite (*post-retraite : 1 titre de plus, et une 2ème place aux championnats du monde ! voir articles ultérieurs)
Pour ceux qui se demandent à quel point il y a de l’argent dans ce sport, si on enlève les prix en lots, mon prize money total aura été d’environ 600€ !

Mon plus grand regret aura été évidemment cette ignoble finale de Talence perdue dans des circonstances injustes après avoir eu 2 balles de match, ça me trottera toujours en tête… Heureusement, c’est mon poulain Arnaud Génin (qui devient désormais une des stars du circuit avec 2 victoires coup sur coup !) qui sera devenu depuis le 1er français à remporter un titre Élite, ça aura mis un peu de baume sur la plaie.
Je n’avais de toute façon pas le physique (toujours blessé et pas assez endurant) ni le mental (pas assez égoïste / méchant / tueur) pour faire beaucoup mieux que ce que j’ai fait, en ayant découvert le sport à 29 ans et n’étant pas étudiant / chômeur / branleur à plein temps. De toute façon, comme pour la majorité des gens du circuit, c'est autant une aventure humaine qu'une aventure sportive.

Les jours après l’arrêt, on fait la fête et on se permet les excès qu’on n’a pu faire pendant ces longs mois (sorties, alcool, meringues à la crème double…).
Les semaines après l’arrêt, dans mon cas, ça a plutôt été une petite période de dépression où on n’a plus trop de but ni de rythme, et qu’il faut trouver d’autres objectifs extra-sportifs tout en acceptant qu'il n'y a pas grand-chose d'aussi intense que l'adrénaline de la compétition. Même si j’avais déjà des plans, le changement s’est déjà fait dans la difficulté pour un sportif amateur comme moi, et on comprend bien que pour des pros qui eux faisaient ça non-stop depuis 30 ans, sont drogués à ces avalanches d'émotions fortes, n’ont jamais rien connu d’autre et n’ont quasiment pas d’amis en dehors, la retraite est un véritable saut dans le vide. Pas étonnant que beaucoup d’entre eux dépriment (Sampras qui se morfondait devant du poker en ligne) et que d’autres tentent de continuer dans le milieu comme entraîneur ou consultant (pour rester quelqu’un, pouvoir parler de ce qu’on connait, ne pas couper le cordon avec les gens qu’on fréquentait toute l’année…). D’autres se lancent dans une activité physique tout aussi extrême mais qui va mieux aux quadras, ce qui leur donne de nouveaux défis et a comme avantage d’éviter de devenir énorme (ex : Jalabert qui fait des IronMan).


Donc voilà, c’était sûrement mon dernier article sur le Racketlon sur ce blog (que j’avais déjà délaissé depuis 2 ans tellement je souhaitais être intransigeant sur la qualité), mais je n’exclue pas d’écrire à nouveau plus régulièrement sur d’autres thématiques : énergie, environnement, politique, culture… Si ça vous intéresse, n’hésitez pas à vous abonner !

Comme la FIR m’a demandé de participer à la communication de la fédération, j’écrirais peut-être encore quelques articles sur le sport pour eux, mais ce ne sera plus ici !

Au placard, La Momie !

Au placard, La Momie !

Lire la suite

Swiss Open : great losing memories, a brilliant losing present but no losing future ?!

30 Juin 2016 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon, #Suisse

Swiss Open : great losing memories, a brilliant losing present but no losing future ?!

This WE was held the 10th edition of the Racketlon Swiss Open in Zürich, a tournament dear to my heart as it was hearing per chance of this international event that I discovered Racketlon 8 years ago. It is really a popular event with a spot for everyone, ranging from Category A (Elite international players) to Category E (kids and fat old people who never played competition in any sport).

I immediately loved the game but at my first try (in the C category), I had ended up losing in quarterfinals by a couple of points against an old Hungarian guy. I went back home feeling like I was rubbish in this sport, not knowing that this old guy was +45 World Champion and had destroyed everyone else in the C category.

Coming back the following years, I discovered that there was more than just a tournament and it was a structured sport with a Swiss Tour and an International One, that World Ranking meant (almost) nothing in such a small sport and that I could kick some arses. I learnt about my body far too fragile to keep on running everywhere by losing all the badminton and squash sets, learnt a lot about my ability to learn once again in sports I hardly knew … And all in all learnt a lot about losing, as I have lost every year climbing from C to B, then from B to A, but always missing one of the last steps…

Zürich was where I climbed on an Elite podium for the first time feeling quite sure it would be the only one, but as it happened, that was the beginning of a better period for me culminating in 2 (lost) Elite finals at the Maltese and French Opens (this last one still hurts a bit).

The 2016 edition this WE was once again a great moment for me, as I edged my way to the Elite final by successively :

  • Clearly defeating in the round of Last 16, a promising young Austrian who fortunately still has to master squash. I wouldn’t like to play him in a couple of years… (especially since he’s almost half my age)
  • Barely surviving to a thriller against Benni « The Machine » Hämpl (Swiss #1 on the International Tour with a Top10 ranking) where after saving 6 match points, Benni served his „gummi-arm“ serve out by a couple of centimeters (NB : for non-players, „gummi-arm“ is a deciding point in tennis based on only one serve when both players are even at the end of the match). I was lucky that the flip of the coin was on my side letting me choose to return as you do NOT want to be the one serving under that kind of pressure.
    Probably the only time in my life where I have lost in my 2 stronger sports (TT & Tennis), but won in the weak ones (Badminton & Squash) ! My hamstrings killed me in the end, and I was very lucky to manage to pull off that one…
  • Playing an outstanding game in the semis against Christian Schäfer, the Swiss #1 on the SwissTour who had notably ousted the World N°5 in the first round. Though Christian was in front in our Head-to-Heads so far, that was to be my day as I played a dazzling performance to shorten rallies hoping to win before the hamstring pain kicked back in again. Victory : 21-1, 15-21, 21-9, over before tennis to my great relief !

However, as had already been the case in so many tournaments, my body could not hold so many tough matches, and the final proved to be an excruciating suffering in front of too many people. My opponent Michi Dickert (Austria, n°3) is already a better player than I am when fit, and things were already settled when he beat me in the TT set. But I’d have liked to avoid the injury’s comeback in squash which didn’t make for a show and is now leaving me still limping a few days later. What a miserable final that was (13-21, 11-21, 5-21) !!

What did I learn from this 10th Swiss Open ?

First of all that as of having now played 5 finals (1C, 1B, 3 Elite…) and lost them all, I follow "proudly" in the footsteps of famous french losers (Cédric Pioline lost his 9 first ATP finals before winning one, Julien Benneteau is yet to clinch a title after 10 finals on the Tour…). To be able to win one, I’ll need to be better technically so as to put less strain on my ageing body (meaning to find time to train seriously again…) OR to wait until I qualify for Senior Category (still a few years left and not especially looking forward to it !). Food for thought, but still motivated to improve, just need to find time !

But mostly, I learnt that this 10th anniversary edition may have been the last, as the tournament director Nico has decided to step down after all these years, and hasn’t found anyone to take over (someone was already supposed to last year, but backed out halfway through and Nico had to take over in the last months…). This tournament is one of the best on the Tour and means a lot to the Swiss players who often discovered here in Zürich what the sport really was, and at what level the top guys play. It has been the source of meeting so many people from around the world and so many emotions to me, and I’m sure I’m not the only one…

I know some of my friend readers live in Zürich (or maybe know sport lovers there) who could help out and take over something which already works really well, we need to find a way to keep this event going (and I’d help as much as I can from afar). There’s little money, TV or glory in it… but there’s plenty of healthy action, limits pushing, tons of sweat and sportsmanship, emotion galore and great people meeting up (and aftermatch beers…) to save.

I'd be happy to lose another final in Zürich next year !!!

Michi, you're the one who should be smiling !

Michi, you're the one who should be smiling !

Lire la suite

Heartbreaking thriller in Bordeaux

26 Octobre 2015 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon

Moonlit tennis
Moonlit tennis

The first international French Open took place this week-end, and even if it was only a Challenger, the field was very decent with almost all the best frenchmen, and some international players.

Being among the favorites, this was a good opportunity for me to finally win an international event, but such was the case for all the other contenders, as no one present had ever won an Elite title on the Tour.

I eased my way to the final by taking out a promising french-freshman, followed by an experienced one, and finally the always stylish brit Luke Barnes in the semis.

In the final which was to be the 3rd singles of the day, I would face Daniel Busby, an ex-PSA (pro-squash) player, who is now fully focusing on Racketlon and who is currently dominating the UK Tour.
Needless to say, legs were feeling heavy beforehand but fortunately, the organizing team had recruited an army of osteopaths here to relieve players of any itch, injury or fatigue… Even though I usually can’t bear 3 singles in a day, I felt that this time, I could do it.
Not wanting to start the men’s final at the same time as the ladies as programmed so that spectators could enjoy both, we decided to let them a head start of 2 sports… What seemed a detail at that time will actually have a huge impact in the end.

I started out strong battering Dan in Table Tennis annihilating his extraordinary progress of the past months, and then gave him the hardest time I could on the badminton courts to stay in front by +9 before going to the announced slaughter in the squash cage. After 2 points, the outcome was already clear : he was moving me around in long rallies with his skillful shots and I wasn’t fresh enough to take advantage of the very few opportunities he let me have. Even though I gave it all in that cubicle, I could only get 4 meager points from the beast, still thanking mentally the osteos as the cramps hovering by had finally never really kicked in.

It was to end on the tennis courts and Dan needed 14 points for the win, which could go either way, all was set for a thriller. Coming out of the squash, we could see that light had terribly faded, realizing too late that the previous’ night switch to winter time had just cost us an hour of playtime, and we had to hurry to be able to play tennis before night fell completely.

Despite 2 doubles faults on opening, I hammered Dan 11-3 with ease before the changeover which is when we both realized that there was a clear difference in visibility and that I had been on the better side until then ! I would then have to finish the match on the bad side, and things could drag on for more than 14 points… I think it’s fair to say that until 19-10, conditions worsened only slightly, and at that point, we had both played the same amount of points on each side.

But from then on, it became completely impossible to see the ball from my side, I had to rely on the sound of the bounce to guess where the ball was and rushed to the net after one stroke. This worked once with Dan making a bad mistake, bringing the score to 20-11, meaning 2 championship points for me. First one was saved by a great lob from Dan on the line (moonlight reflected on the white line) which would have been a winner in any circumstances. But the remaining two points were a joke, the mediocre balls played by Dan half-court in the middle bouncing near me, absolutely clueless as to where the ball was.
EndGame, final lost by 1 point in an ultimate anti-climax.

Even though we had played an outstanding final for an hour, Dan’s victory did not get any crowd applause as the ending was so sad and ridiculous (or maybe because the onlookers couldn’t see a thing). There is no shame losing a match to him as he is a fantastic player and a great guy.
But given these circumstances, I just felt cheated, wanting to run away and jump off a cliff. I don’t want to see the podium pictures as my brain just couldn’t process a smile, in spite of my efforts.

Defeat should never be your friend.
Some losses are harder to accept and need more time to fade away.
But this one is a scar that will stay with me for sure.

Hopefully, despite time playing against me, I’ll come back stronger and have another shot at a title on home soil to erase this sour taste in my mouth…

And with hope, the smile will be back in a few minutes-hours-days-weeks-months-years !



PS : this article was written on the return flight, 1 day later, I feel a bit better remembering how our first international tournament was a great success.

Let's finish on a happier note with the fantastic team of Racketlon France !

Let's finish on a happier note with the fantastic team of Racketlon France !

Lire la suite

Staying alive !

16 Octobre 2015 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Tourisme, #FeelGood

Staying alive !

So far not traveling as much as I hoped for my (almost) new job, I was truly thrilled to be sent off for Seoul, and manage to spend as long as 5 full days there.

However, things look much bleaker at the end of the working day : you’re dead tired from having spent 2-3 hours standing in the overcrowded metro, climbed a bazillion steps , tried to find your way « all suited up » through polluted and noisy areas in a country where streets have no name (litterally !), where Google Maps is useless, where the alphabet is alien and no one speaks your language.
The city has not really showed you much beauty & calm so far and you just feel like rushing home to sleep it off, but you’re still 5kms away and no idea where a metro station is.
But this is the moment to use that last bit of mental energy (just as in a last set tie-breaker) to say « NO » to another metro or taxi ride and think positive : you’re not here for long, the docks are on the way, give it a shot !

Things already look less glum when you get to the riverbanks and see the big city lights on the other side, but maaaan, that double-decker bridge looks grey, long and desolate not to mention the last 2kms left to walk after that crossing.

And, at this precise moment, the rewards for that effort just started coming out from nowhere, one after another :

  • colored jets of water spurt out from the top level into the river
  • two incredibly tacky boats with giant luminous hearts shining on their decks make their way upstream, coming to enjoy the show
  • speakers embedded in the bridge start blearing above my head a highly unlikely Korean version of « It’s raining men », to which I couldn't help but sing along out loud
  • still walking, I spot statues of lone herons staring out the horizon on a few pylons‘ feet down by the water, and wonder what kind of deranged street art this is

Icing on the cake : as I try to take a picture of one of those herons, the hitherto immobile bird finally turns its head to me, and slowly decides to fly away under my dropping jaw and amazed stare („there's so much beauty in this world“)

All of a sudden, I felt fully alive, with the heart bursting, and a smile glued on the face for the next hour !

Let’s stay on the look-out for everyday magic because it could always be lurking behind a dark corner. Let’s not be zombies (as 100% Koreans in the public transports), watching their own personal screen all the time, letting greatness pass by unnoticed !

Big hugs & kisses to all of you, have a great day and smile !

PS : and if this small chronicle wasn’t enough to make you smile, back to basics !

Staying alive !
Staying alive !
My heron "statue"

My heron "statue"

The Army of the Dead, all zombified by headphones and smartphones

The Army of the Dead, all zombified by headphones and smartphones

Lire la suite

Open de Malte : double impact !

6 Octobre 2015 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon

Open de Malte : double impact !

Cela fait des mois que je prenais la plume pour des sujets plus importants (attentats, réfugiés…), mais la qualité de mes écrits n’ayant jamais franchi mon seuil qualitatif de censure, cet article revient à un sujet plus facile : mon retour sur le circuit international de Racketlon !

Après un an sans entrainement si ce n’est du physique pour rester en forme, la douleur au genou a disparu (pour l’instant) et l’envie de revenir se frotter aux meilleurs était là. Mais avec les années qui passent, un agenda toujours plus chargé et mon corps qui montrait de vrais signes d’usure, un changement de cap était impératif :

1) Ayant quitté mes équipes dans chacun des sports, jouer demande plus d’organisation (trouver partenaire adapté et créneau horaire), alors cibler la qualité : quelques cours privés de badminton pour travailler sur mes lacunes et sinon viser uniquement des sessions de bon niveau.

2) Ne trouvant que difficilement du temps pour m’entrainer, autant en tirer parti : arriver sur les tournois sans aucune blessure. Les heures libres sont avant tout consacrées au physique, les étirements sont une priorité et le moindre bobo entraine une mise au repos complète. Ne plus se démener pour jouer quand on n’a pas le temps, que ce soit « pour faire plaisir à quelqu’un » ou alors « pour dépanner une équipe », ce qui a parfois mené dans le passé à 2-3 entrainements & matchs dans la même journée !

3) Ne plus disputer les 3 catégories sur un même tournoi (simple, double et double mixte). Ça implique de devoir dire non à des gens qu’on aime beaucoup pour un moment privilégié et sportivement intéressant. Frustrant à chaque demande mais indispensable.

En résumé : il faut apprendre à dire non… aux autres comme à soi-même !

Et ce début de retour confirme la bonne orientation choisie : 11ème à l’Open d’Allemagne, 5ème à l’Open Suisse et 11ème dans le Tournoi du Grand Chelem en Angleterre.

Ce WE, c’était l’Open de Malte où le n°1 mondial Jesper Ratzer (le nom doit commencer à vous parler) avait trouvé sympa l’idée qu’on joue un double ensemble. Depuis 2 ans et demi, le gars est invaincu en simple et n’a perdu qu’un double hommes et 3 doubles mixtes, autant dire que si on ne repart pas avec le trophée sous le bras, le coupable est tout trouvé… c’est Bibi !
Heureusement, l’alchimie sur le terrain a été immédiate et ce tournoi de double fut une véritable boucherie et je remportais mon premier Tournoi sur le grand circuit, sans même que l’on ait à sortir la raquette de tennis !
Au badminton, la différence de niveau était si grande entre nous que j’étais prêt à jouer le rôle de la fille en mixte mais Ratzer m’a dit que j’étais quand même pas si nul que ça (venant d’un danois, c’est un sacré compliment), et au final, c’était enfantin dans cette configuration où comme par magie, tous les volants qui m’arrivaient étaient faciles à jouer.

Après un tournoi de double pareil, le physique comme le moral étaient au beau fixe, et c’était l’heure de la confirmation en simple où pour une fois, malgré mon statut de "non tête de série", le tirage au sort m’était favorable puisque je n’étais pas dans la même moitié de tableau que l’ennemi public n°1 !

En 1/8èmes, j’écartais sans briller un adversaire (n°72) encore un peu tendre pour le tableau des cadors, avant de devoir livrer une grosse bataille en 1/4 contre la tête de série n°3, le très costaud Jordan. Me sachant plus fort au tennis, il me fallait y arriver sans être à la traine, ce que je réussis en prenant le dessus mentalement, ayant remporté de haute lutte les 3 premiers sports : 21-19, 21-19, 23-21. Dépité de se retrouver à -6 avant le tennis, le colosse a baissé les bras me permettant de jouer relâché pour un score au final assez large mais trompeur quant à l’âpreté de la bataille.

Les jambes accusaient un peu le coup, mais le mental était bien là pour affronter en demies le suédois Söderlund (n°28), une valeur sûre du circuit qui restait sur un podium en Suisse. Après 3 premiers sports acharnés, je me retrouvais avec un petit +3 pour jouer le tennis en session de nuit. Étant meilleur tennisman que mon adversaire, la situation était rêvée, il me fallait juste y marquer 19 points… c’était sans compter sur l’horrible crispation du bras quand on joue du Tennis de Racketlon, où on ne supporte tellement pas de faire la moindre faute directe que ça en devient un autre sport. La tension était telle en fond de court que j’arrivais à peine à respirer, dans un combat de décalage de coups droits et de revers slicés qui me faisait mal au cœur. Le salut passait souvent par le filet pour tenter d’abréger les souffrances tant tirer un passing semblait insurmontable. À 17 partout, le suédois veut profiter d’une balle courte, son coup d’attaque prend la bande. 18-17 pour moi, 4 balles de match, je peux enfin respirer, et conclure ce calvaire exquis au point suivant en lâchant quelques coups et me qualifier pour ma première finale en simple sur le Circuit !

Le corps et les nerfs sont à bout, c’est l’heure des étirements devant le match de rugby qui voit les Wallabies éliminer les Anglais à domicile (décidément mon jour de chance !) et de rentrer me reposer pendant que les autres se préparent à sortir en ville à la soirée des joueurs… Ça fait tout drôle d’être encore qualifié à ce moment-là du tournoi et de devoir rentrer sagement, mais bon, je pense que je pourrais m’habituer !

Les résultats étant en ligne quasi instantanément, c’est énormément de messages de sympathie que je reçois sur le téléphone quand j’arrive à l’hôtel… Mais en les lisant, on comprend très vite que cette finale sent le roussi : « Bravo pour ton tournoi » « Fais-toi plaisir demain » « Essaie de le faire sortir sa raquette de tennis » « Tu as bien mérité d’aller à la Player’s Party »… En gros, à part une exception (qui se reconnaîtra), tous les messages me rappellent gentiment que j’ai mangé mon pain blanc, et que demain face à Ratzer, ce sera une autre limonade.

Et le jour J, sûrement à cause d’un peu de nervosité, je rate complètement mon début au ping-pong, me retrouvant mené 4-11, la messe est dite. Je me relâche, commence à prendre du plaisir, envoie des grosses chiches, et arrive à retourner la situation pour gagner 21-19. L’honneur est sauf, mais c’est bien clair que je ne verrai pas le terrain de tennis.
Je joue très bien le bad et, vu ma fatigue, plutôt bien le squash mais repart avec 6-21 et 7-21, un tarif habituel pour les joueurs du circuit dans ces sports face au bestiau.
Un squash qui m’aura laissé un souvenir marquant de plus : la trace de sa raquette sur mon mollet… Il aurait fallu qu’il le refasse et sois disqualifié pour qu’une surprise ait lieu !

Or en double et Argent en simple, deux bonnes raisons d’écumer les bars maltais le dimanche soir, et une motivation décuplée pour la suite !!! Merci à tous pour le soutien et à bientôt pour d’aussi bonnes nouvelles j’espère !

Double Tap !

Double Tap !

Lire la suite

Coupe Davis ou la schizophrénie d’un franco-suisse

24 Novembre 2014 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Suisse

Coupe Davis ou la schizophrénie d’un franco-suisse

En tant que fanatique de tennis, et français également devenu suisse avec les années, j’attendais depuis les quarts de finale cette finale de rêve prévisible pour le saladier d’argent.

Faute d’avoir réussi à choper des billets pour aller bouffer des frites dans une ambiance de feu, c’est donc à Lausanne que j’ai dû regarder cette rencontre entre mes 2 pays.

D’un côté, mon pays de naissance, avec une équipe de 5 gars, tous bons mais qui auraient clairement besoin de se transcender pour espérer gagner contre plus forts, comme cela arrive régulièrement en Coupe Davis. Des types que j’aime bien, même la Monf’ qui m’a pourtant irrité pendant des années, mais qui se révèle attachant quand on creuse.

De l’autre, mon pays d’adoption avec 2 monstres tennistiques : le plus grand talent de l’histoire qui nous fait tous rêver mais qui a pas mal boudé la coupe Davis récemment et Stan(islas), le triomphe du travail et d'un des plus beaux revers du circuit, gars dont je ne sais toujours pas s’il est sympa selon si je me base sur son image publique ou alors sur les histoires de ceux qui le connaissaient d'avant ou l’ont croisé à Lausanne.

Passons sur le WE au niveau sportif car finalement, cela n’a pas eu le moindre intérêt télévisuel avec 4 matchs complètement à sens unique et un Richard Gasquet qui est trop gentil pour être le champion qu’il aurait dû être (sûrement le seul gars à ne pas viser l’homme en double).

La France a été largement dominée comme c’était prévisible. Avoir 6 joueurs dans le Top30, c’est formidable mais pas de chance, une coupe Davis, ça se gagne à 2 (Becker-Stich, Berdych-Stepanek, la liste est longue…), et là, les deux meilleurs étaient clairement helvètes. Quand ces deux-là arrêteront, ce sera un trou noir ici, on aura sûrement presque plus de tennis à la TV suisse, et on n’entendra quasiment plus Marc Rosset au micro, donc profitons de ces 2-3 belles années qui nous restent.

Ce qui m’a plutôt intéressé c’est de vivre ma 1ère finale ici, après en avoir vécu 3 en France. Si j’arborais les couleurs bleues, au final, je savais que je serais content dans les 2 cas. Comme prévu, une ambiance respectueuse et bon enfant dans la fanzone (pas comme pendant les compétitions de foot où montrer qu’on est français peut mener à ce que des inconnus nous emmerdent constamment). À peine 200 personnes devant l’écran géant les vendredis et samedis, c’est décevant, heureusement ce fut nettement mieux le dimanche pour la victoire finale, mais c’est peut-être dû au fait que la TV avait annoncé qu’ils seraient ici ce jour-là.
Mais ce qui m’a vraiment déçu, c’est … le retour des champions pour fêter leur titre ici à Lausanne (une des villes les plus étudiantes de Suisse, et le lieu de débauche de Stan) ! Une grande scène, des stands, une sono géante, des jeux de lumières, tout avait été monté à la perfection (évidemment) en quelques heures et 10 000 personnes avaient répondu présentes en plein lundi après-midi, la fête devait être belle.

Mais là, j’ai compris pourquoi la Suisse a malheureusement la réputation mondiale d’être ennuyeuse (alors qu’il s’y passe pourtant tellement de choses) : on a eu une foule incroyablement passive, se contentant le plus souvent d’applaudir, avec des grands silences, comme si elle attendait qu’on lui dise ce qu’il faut chanter ou qui est censé commencer. Les tennismen ayant l’habitude des foules du monde entier (en tout cas les 2 titulaires parce que Lammer et Chiudinelli, ils ont plutôt l’habitude des stades vides), ils n’avaient pas préparé de chorégraphie pour faire bouger la foule et la fête fut franchement « molle du genou », pliée en quelques minutes autour d’une séance de questions-réponses pour la TV.

Peut-être est-ce dû au fait que tous les supporters les plus enflammés du pays avaient réussi à se procurer des billets par tous les moyens et étaient en train de cuver chez les Ch’tis après avoir enflammé le Stade de Lille pendant 3 jours ?

Heureusement grâce aux prouesses de la technique, on arrivera tout de même à faire croire à la TV que la foule lausannoise était en délire, mais en Espagne, 200 personnes auraient bien plus foutu le feu même si ça aurait sûrement été avec des micros défaillants, aucun service de sécurité et des chinois qui vous vendent des boissons à la sauvette !


Autant je me vois mal vivre dans un autre pays, autant j’ai hâte de repartir me refaire un concert en Amérique du Sud, ou un match de rugby au Pays de Galles pour avoir à nouveau des frissons dans une foule !
On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre : les Suisses sont les meilleurs pour organiser mais un peu d'immigration au sang chaud ne fait pas de mal pour qu'il y ait un peu plus d'ambiance chez nous…

Allez Stan, souris, ça se verra pas sur la photo que ya pas de bruit !

Allez Stan, souris, ça se verra pas sur la photo que ya pas de bruit !

Lire la suite

Président-sélectionneur-capitaine : où comment apprendre à donner de son temps et même en retirer du plaisir ?

15 Septembre 2014 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon, #Associatif

En rentrant dans mon premier club de ping à 18 ans (LUC tennis de table) pendant les études à l’EPFL, mon objectif était clair : jouer des matchs, me dépenser et m’améliorer dans ce sport, n’étant finalement que consommateur. Ce n’était qu’un petit club universitaire qui luttait pour sa survie, en manque de membres et de notoriété, lourdement handicapé par le fait que les étudiants (dont moi) ne rentraient sur Lausanne qu’après que le championnat ait déjà commencé depuis 4 ou 5 journées (à l’époque, la rentrée universitaire suisse était mi-octobre). Dur dans ces conditions d’arriver à composer des équipes et ne pas être rayé de la carte, et le club survivait tout juste en faisant appel à ses glorieux anciens, qui se donnaient déjà beaucoup en assumant tous les rôles du comité (président, responsables matériel, trésorier…). Comme le club ne dépassait que péniblement les 6 joueurs minimum pour exister, évidemment on demanda au jeune qui venait d’arriver d’assumer un rôle au comité.
Comme la quasi-totalité des jeunes dans la même situation, j’ai expliqué que ça ne m’intéressait pas, que je n’avais pas le temps (quelle blague avec le recul !!!), et que je voulais bien me « dévouer » pour servir de prête-nom et venir à l’assemblée générale annuelle en trainant les pieds.

Après 3 années de compét’ et malgré ma technique jugée horrible à cause de mes gestes de tennisman, mon niveau était en train d’exploser (de D1 à C7 avec peu d’entrainement et une raquette digne du camping) grâce à Giorgio, l’entraineur à la veille de la retraite (le pendant pongiste de Mickey, le coach de boxe dans Rocky) et au capitaine d’équipe Giancarlo qui restait président, joueur, capitaine (et chauffeur pour étudiants-piétons) bien qu’il soit loin de Lausanne depuis longtemps.

Même si j’apportais sportivement pas mal au club l’aidant à monter de ligue 2 ans de suite alors que je débutais tout juste, celui-ci dut ensuite fermer faute d’effectif suffisant, un an seulement avant que le calendrier universitaire ne soit modifié ce qui aurait pas mal facilité les choses.

Le LUC mettant la clef sous la porte, j’ai trouvé sans problèmes un autre club d’accord de me prendre dans une division encore supérieure et de m’emmener plus haut sportivement, Giorgio a pris sa retraite, Giancarlo est parti jouer dans une division inférieure plus près de chez lui et les autres joueurs ont arrêté ou sont partis ailleurs. Sur le coup, je m’étais dit que c’était la faute au calendrier mais avec le recul, on aurait pu le sauver ce club avec un peu d’engagement que mon niveau de maturité ne permettait pas.

15 ans plus tard, j’ai découvert le Racketlon, y ai participé au plus haut niveau en affrontant les meilleurs, mais surtout ai découvert l’envie de prendre des responsabilités.

Responsable presse-sélectionneur-capitaine-joueur pour la France et son équipe nationale, organisateur de tournoi sur le circuit Suisse, président-trésorier-capitaine-joueur pour le club du Racketlon Club Léman que j’ai fondé, j’ai depuis cumulé les casquettes, par envie que ce magnifique sport soit plus connu.

Le boulot que tout ceci demande est énorme, chacun de ces rôles est différents et les défis qui y sont relatifs sont conséquents mais des plaisirs que je n’aurais jamais soupçonnés sont au rendez-vous.

Le plaisir d'avoir enfin un logo et des maillots, le plaisir que les participants d’un tournoi viennent vous remercier le sourire aux lèvres, le plaisir d’avoir enfin une équipe de France compétitive qui accroche une 5ème place mondiale, le plaisir de fonder un club où la sympathie est le seul critère de recrutement et de voir son nombre de membres augmenter d’année en année, et où chaque rassemblement (et 3ème mi-temps qu’elle soit dans un McDo, une discothèque ou un sauna) est un évènement dont on se réjouit à l’avance. Toute l’énergie que vous donnerez vous sera rendue par des supers rencontres et les bonnes ondes que les gens vous enverront.

Une fois leur retraite prise, les anciens joueurs pro ont tendance à rester dans leur milieu (comme entraineur, agent...), souvent car ils ne connaissent rien d'autre et ont besoin d'un nouveau métier mais aussi car ils ne veulent pas couper les liens avec un monde qu'ils aiment et où ils connaissent beaucoup de monde. À un niveau amateur, donner un peu de soi comme organisateur est aussi un bon moyen de garder contact alors qu'on n'arrive plus à le faire en tant que joueur à cause des blessures, ou qu'on ne veut pas forcément continuer à jouer avec un classement qui baisse au fil des années...

 

 

Si des jeunes sportifs lisent ceci, j’espère que ça leur donnera envie de prendre un peu de leur temps pour construire quelque chose car ce sera plus facile qu’une fois qu’ils auront un vrai boulot, des enfants, etc. Petit bonus : ça aide aux entretiens d’embauche, soyez sûrs qu’on verra en vous quelqu’un de dynamique et organisé !

 

 

Mais de mon côté, le but de ce billet est surtout d'exorciser le fantôme du LUC, rendre à Giorgio & Giancarlo un hommage bien mérité et remercier ma super équipe du RC Léman d’avoir accroché la 5ème place de la Ligue des Champions la semaine dernière à Vienne, pas mal pour un petit club suisse romand parti de rien il y a 4 ans.

 

Le RC Léman à Vienne, un gros niveau sportif mais surtout que des gens géniaux

Le RC Léman à Vienne, un gros niveau sportif mais surtout que des gens géniaux

Lire la suite

Le sourire des médaillés

8 Juillet 2014 , Rédigé par Cédric Junillon Publié dans #Racketlon

Le sourire des médaillés

Incroyable mais vrai, j’ai fait un podium en simple sur le circuit international de Racketlon, à domicile en plus, à l’Open de Suisse ! La photo du podium a déjà eu pas mal de succès sur Facebook depuis le WE précédent, mais je me devais de mettre un petit mot ici pour ceux qui ne fréquentent pas le site du grand Satan, ce n’est pas tous les jours que ça arrivera.

Avec une 4ème place en double hommes comme montée en puissance (avec Magnus, mon super-viking de partenaire qui remporta le tableau B), le tournoi était lancé et j’avais un esprit de revanche pour les simples après cette « place du con ». Bénéficiant d’un statut de tête de série et d'un tableau favorable, j’ai pu arriver en demies sans avoir puisé dans les réserves (merci à la masseuse du tournoi !) alors que d’ordinaire je suis déjà en train de jouer les matchs de classement en étant dans le dur physiquement. Certaines mauvaises langues diront aussi que mon état de relaxation venait du fait que j'étais chaleureusement logé au dernier étage d'un bordel dans le quartier chaud de Zürich et non à l'hôtel des joueurs comme c'est le cas d'habitude.

En 1/2, j’affrontais l’autrichien Dickert, 8ème mondial, simplement trop fort même si j’ai fait un bon match, étonnant d’ailleurs au passage arbitres et spectateurs au squash avec mon désormais célèbre coup entre les jambes. Ce même arbitre fut d’ailleurs plongé dans la perplexité lorsque mon adversaire se prit la balle dans le dos car il était dans le chemin (et évidemment, moi de dos, je ne l’avais pas vu), mais décida de lui donner le point, jurisprudence fortement discutée par tous les spécialistes de squash présents, chacun ayant un avis différent.

Ma dernière chance d’attraper une médaille passait donc par un gros combat pour la 3ème place contre l’Allemand Neidhardt, 25ème au classement, un habitué des places d’honneur avec les mêmes forces et faiblesses que moi. Et au niveau combat, personne ne fut déçu avec une lutte acharnée dans chacun des 4 sports, et un final en apothéose pour moi qui ai brutalement retrouvé mon meilleur niveau de tennis au moment où j’en ai eu le plus besoin, score final : 21-17 (ping) / 22-20 (bad) / 14-21 (squash) / 21-9 (tennis) [+11 au total].

À cause de ce tennis de rêve et des 13 balles de match à ma disposition pour en finir, j’ai eu trop de marge pour avoir le stress qui m’aurait fait pêter les plombs au moment de la victoire, en me roulant par terre, en hurlant ou je ne sais comment j’aurais réagi… Je suis resté un peu trop suisse me contentant d’un poing levé, mais sur le podium, c’était clairement moi le plus heureux des 3 car je sais que je n’aurais probablement plus l’occasion d’y revenir.

S’il est toujours préférable de finir 2ème que 3ème au niveau du prize money, des points ou du prestige, au moment de la remise des prix, le médaillé de bronze se réjouit toujours de la place qu’il vient d’arracher alors que le finaliste malheureux rumine sa défaite toute récente en se remémorant les points qui lui ont coûté la gagne et ce qu’il aurait dû faire mieux.

Autant vous dire que tout le trajet du retour, j’avais le sourire scotché au visage, et rien n’aurait pu l’enlever. La seule différence avec la joie d’un Djokovic qui a triomphé dimanche à Wimbledon, c’est que lui, il n’a pas besoin de faire 2 lessives en rentrant et mettre son réveil à 7h du mat’ pour aller au turbin le lendemain matin…

À ce moment-là, le seul souvenir du tournoi, c'est l'état de tes jambes...

À ce moment-là, le seul souvenir du tournoi, c'est l'état de tes jambes...

Lire la suite
1 2 > >>